Les temps simples de la conjugaison

Les temps simples sont au nombre de cinq : le présent, l'imparfait, le passé simple, le futur et le conditionnel. Le présent s'emploie à tous les modes. Le passé simple, le futur et le conditionnel s'emploient uniquement au mode indicatif. L'imparfait s'emploie à l'indicatif et au subjonctif.

Les temps simples de la conjugaison
© ismagilov

Présent

Le présent indique que l’action se déroule au même moment que celui qui prononce la phrase : « Paul aide sa sœur à réviser ses leçons. », « Kevin et Alex font les courses. ».
On emploie aussi le présent pour la répétition ou l’habitude, pour des faits qui se répètent à l’intérieur d’une période de temps, ou des moments routiniers de la vie courante : « Marie dépose Malo à la garderie tous les matins. »,  « Chaque été, toute la famille se retrouve dans ce grand camping. », « Je travaille. Je rentre chez moi. ».
Le présent sert aussi pour des faits intemporels, qui sont une « vérité générale » : « Pierre qui roule n’amasse pas mousse. », « Le corps humain se compose à 75 % d’eau. ».
Le « présent historique » sert quant à lui à rapporter des faits qui se sont passés dans le passé : « Si tu entends mon message, rappelle-moi tout de suite. ».

Imparfait

Pour rapporter un évènement qui a eu lieu dans le passé sur une certaine durée et dont on ne connait pas la fin, on utilise l’imparfait : « L’imprimante fonctionnait pourtant bien. », « Nous roulions en voiture sans nous soucier de l’orage qui menaçait. ».
Quand on ne donne pas de dates de début ou de fin, l’imparfait convient très bien : « Martine courrait chaque matin avant de prendre son petit-déjeuner ».

Passé simple

À l’inverse de l’imparfait, le passé simple raconte un événement passé dont la date de début et de fin est parfaitement connue. On s’en sert aussi pour raconter une suite d’actions : « Chaque musicien participa de son mieux au succès l’orchestre. », « Jean roula ennuie voiture jusqu’au petit matin. ».

Futur

Le futur doit s’employer quand une action va arriver plus tard que le moment ou la phrase est prononcée. Avec un petit exemple, ce sera plus simple : « Le film sortira mercredi à 14 h. », « La neige tombera toute la nuit. ».
Mais le futur peut aussi s’employer comme une forme atténuée de l’indicatif présent ou de l’impératif : « Je vous demanderai de bien vouloir me laisser un peu plus de temps. ».
Et enfin, il peut s’employer pour des faits passés, c’est le « futur historique » : « L’Amérique obtiendra son indépendance en 1783. ».

Conditionnel

Considéré pendant longtemps par tradition scolaire, le conditionnel présent est un temps de l’indicatif, il a donc toute sa place dans notre liste. Le conditionnel rapporte un fait dans le futur, mais qui demande une condition particulière pour se réaliser, ou encore un événement futur par rapport à un autre événement passé : « Si le temps le permettait, nous irions faire un pique-nique. ». L’action d’aller pique-niquer dépend d’une condition préalable qu’il fasse beau.
Le conditionnel s’emploie avec des verbes qui donnent une sensation de « nécessité », de « volonté ou de “possibilité” (devoir, falloir, souhaiter, vouloir, pouvoir, etc.) : « Marc devrait téléphoner à sa femme. ».

Retrouvez nos fiches sur la conjugaison

CM1-CM2

Thèmes associés