Le jouet, toute une histoire !

Édition n°36

Note moyenne :
  • 5
(sur 2 avis donnés)

   

 

Si aujourd'hui les jouets sont souvent en plastique et bourrés d'électronique, vous vous demandez peut-être à quoi ressemblaient ceux des enfants de la Préhistoire ou de l'Antiquité.
 

Quels étaient les jouets des enfants préhistoriques ?
 
C'est difficile à dire. D'après de nombreux archéologues, les enfants des premiers hommes s'amusaient avec ce qu'ils trouvaient dans la nature, or il est compliqué de prouver que des cailloux ou des coquillages ont servi de jouets.
 
On a pourtant retrouvé des arcs miniatures dans des campements comme celui d'Horgen-Scheller, en Suisse. Ils dateraient de la période Néolithique, entre 9000 et 3300 ans avant Jésus-Christ. On suppose que ces arcs étaient conçus pour des enfants âgés de deux ans seulement. Mais servaient-ils «pour de vrai» ou «pour de faux» ? Là encore, le doute persiste.
 
 
 
Peut-être aurons-nous plus de chance avec le coffre à jouet d'un enfant de l'Antiquité grecque, romaine ou égyptienne.
 
Cette fois-ci, on est absolument certain que les enfants possédaient des jouets. Ouf ! 
On s'est d'ailleurs aperçu que de nombreux jouets actuels existaient dans l'Antiquité. C'est le cas du yoyo, très apprécié des enfants grecs et égyptiens. 
 
À cette époque, on prête aux jouets un pouvoir un peu magique.
On prétend que les hochets, crécelles ou clochettes distraient les bébés mais chassent aussi les mauvais esprits rôdant autour d'eux.
D'autre part, on passe de l'enfance à l'âge adulte en se séparant de ses jouets. Les garçons grecs offrent leurs «billes» (des noix en réalité) à l'occasion d'une cérémonie appelée «Nuces Relinquere» (que l'on pourrait traduire par «abandonner les noix»). Les jeunes filles quant à elles donnent leurs poupées aux dieux, à la veille de leur mariage.
Enfin, le jouet prépare souvent l'enfant à la vie qu'il mènera plus tard. Les filles jouent souvent à la «maman» et les garçons… à la guerre.
 
Mais revenons au contenu de ce coffre à jouet.
Un peu comme aujourd'hui, les garçons et les filles possédaient des jouets différents.
 
La poupée, dont le nom veut dire «petite fille» en latin (pupa), est déjà dans l'Antiquité un jouet populaire chez les filles.
Faites de terre cuite, de bois, d'ivoire, d'os ou de chiffon, les poupées sont parfois articulées et peuvent être habillées. Certaines ont même des trousseaux contenant des peignes, des miroirs et des bijoux miniatures. Les petites filles les plus chanceuses possèdent également de véritables chambres et cuisines de poupée, aménagées avec des meubles et des bibelots.
 
Les garçons s'amusent fréquemment avec des cailloux, des noix ou des noisettes en guise de billes (la forme des billes actuelles n'apparaitra qu'au XVIIIe siècle) et evidemment, ils ont aussi des armes miniatures pour jouer à la guerre.
 
Sinon, les garçons et les filles jouent avec :
- des balles de toutes sortes. Certaines sont pleines, en bois, en argile ou en papyrus tandis que d'autres sont en cuir ou en tissu, bourrées de cheveux, de plumes ou de paille. 
- des osselets, qui sont de petits os de la patte arrière du boeuf et du mouton (appelé aussi astragale). Ils remplacent les dés, les billes ou les pions selon les jeux.
- des toupies. La toupie est un jouet très apprécié des enfants égyptiens (on en a même retrouvé des exemplaires dans le tombeau de Toutankhamon) mais aussi des enfants grecs et romains.
- des jeux de société comme le «jeu du serpent» ou jeu du Mehen, fréquent en Égypte.
- des jouets à tirer à l'aide d'une ficelle.
Ces jouets à tirer ressemblent en miniature aux moyens de transport de l'époque (chariots, chars de course) ou bien à des animaux, familiers des enfants, comme le boeuf, le cheval, le buffle, le lion ou le singe… et oui, en Afrique, les enfants vivent au contact d'animaux plus exotiques que les vaches !
 
 
Mais je vous vois trépigner, si, si. Vous voulez maintenant en savoir plus sur vos jouets ou sur ceux de votre petit frère ou de votre petite soeur.
 
Nous allons commencer avec «Barbie».
 
Tout débute en 1953, quand peu avant l'impression du magazine allemand «Bild», on s'aperçoit qu'il manque une colonne de texte sur une page du journal. On demande à Reinhard Beuthin d'y faire un dessin. Il crée «Bild-Lilli». Elle plait tellement que 3 ans plus tard on en fait une poupée
À peu près au même moment, de l'autre côté de l'océan Atlantique, Ruth Handler, une américaine mariée à l'un des créateurs de Mattel (une fabrique de jouets), constate que sa fille Barbara s'invente des histoires d'adultes avec des figurines de femmes en papier. À l'époque, les petites filles jouent avec des poupons ou des bébés mais pas avec des poupées qui ressemblent à des femmes. Cette histoire aurait pu s'arrêter là, mais à l'occasion d'un voyage en Allemagne, Ruth Handler achète un exemplaire de la poupée «Bild-Lilli». De retour aux États-Unis elle fait fabriquer sa propre version du personnage. Elle est belle, grande et blonde avec les yeux bleus. Elle est bien sûr inspirée de «Bild-Lilli» mais aussi d'Alice, une héroïne de la littérature enfantine américaine. En 1959, Barbie est commercialisée et connaît rapidement le succès. En France, on vendrait une Barbie toutes les 6 secondes.
 
Barbie a-t-elle évolué depuis 50 ans ?
Oui ! Barbie est aujourd'hui une femme moderne et libre. Elle fait le même métier que les hommes : «Barbie infirmière» est devenue médecin et «Barbie hôtesse de l'air» est désormais pilote… et elle ne s'est  toujours pas mariée à Ken, qu'elle a d'ailleurs quitté un temps pour vivre avec Blaine le surfeur.
 
Parlons maintenant d'un jeu très connu : le Monopoly.
Au début des années 30, Charles Darrow vient de perdre son emploi. Chez ses voisins, il découvre un jeu dont il s'inspire pour créer le premier Monopoly. Il taille le plateau de jeu dans la nappe de la cuisine, donne aux rues les noms de celles d'Atlantic City (une ville connue pour ses casinos) et démonte les accessoires d'un bracelet de sa femme pour faire les pions. Les frères Parker, auxquels il présente son projet commencent par le refuser avant d'accepter de le commercialiser quelques années plus tard. C'est ainsi que Charles Darrow devint le premier millionnaire de l'histoire du jeu de société. C'est encore aujourd'hui l'un des jeux les plus vendus avec 100 millions de boîtes écoulées depuis sa création.
 
Le Monopoly critique t-il ou non le monde de la finance ? Difficile à dire, mais le personnage vedette qui orne la boîte de jeu, avec ses grosses moustaches et son chapeau haut de forme, ressemble étrangement à l'un des responsables de la plus grosse faillite boursière américaine de 1929.
 
 
Passons à un troisième jeu, vidéo cette fois : la game-boy ?
 
Gunpei Yokoi, ingénieur chez Nintendo aurait eu l'idée de créer une console portable après avoir croisé dans la rue une personne en train de jouer avec l'écran de sa calculatrice. En 1989, il met au point la console de ses rêves avec des cartouches de jeu interchangeables dont celle du «Tétris», célèbre jeu de briques qui assurera le succès de la «game-boy». Lancée en 1990, la «game-boy» a conquis 118 millions de joueurs. 
 
L'autre jeu qui connut un succès planétaire consistait à capturer et dresser des «monstres de poches». Vous voyez de qui nous voulons parler ? Et oui, ce sont les «Pokemon» ! Leur nom vient de la contraction anglaise de l'expression «Pocket Monsters».
 
 
 
Connaissez vous les Kapla ?
 
En 1970, Tom Van Der Bruggen vend tout ce qu'il possède en Hollande pour bâtir un château en France, dans le Tarn.
Mais quel rapport avec nos bûchettes ?
Après avoir dessiné le plan de son château, il essaie d'en faire la maquette avec des cubes achetés dans un magasin de jouet. Il s'aperçoit rapidement que c'est impossible. Il décide alors de tailler ses propres planchettes… et il en reste là. En 1980, il crée son jeu de construction… pour y jouer seul. Il ne le propose à la vente qu'en 1986 mais sans grand succès. Les gens trouvent l'idée trop simple : ce ne sont après tout que des planchettes de bois que l'on superpose. Mais finalement, après de nombreuses années de commercialisation, le succès arrivera pour le plus grand plaisir des petits bâtisseurs.
 
Savez-vous ce que signifie le nom de Kapla ? Il vient de «Kabouter plankjes» qui veut dire «plancher de lutins» en hollandais.
 
Pour finir, avez-vous entendu parler de Klicky ? ou de Hans Beck ? Non ?
Si on vous dit qu'Hans Beck a inventé un petit bonhomme de 7,5 cm de haut à la frange taillée aux ciseaux cranteurs, vous me dites ? Vous me dites… Playmobil, bien sûr !
Un jour, son employeur lui demanda de trouver une idée pour écouler tout le plastique qu'il n'arrivait plus à vendre. Hans Beck lui proposa une figurine articulée toute en plastique ! En 1974, elle sera vendue en Allemagne sous le nom de Klicky avant d'être rebaptisée «Playmobil». Depuis cette date, 2 milliards et demi de ces drôles de petits bonshommes ont été vendus.
 
Les Playmobil aiment-ils voyager ? Non, ils sont surtout vendus en Europe.
 
Pour finir, savez-vous qu'au Moyen-Âge, on aurait volontiers donné des jouets roses aux garçons et des bleus aux filles ? Le bleu était plutôt féminin car c'était la couleur portée par la Vierge Marie tandis que le rose issu du rouge était une couleur associée à la Guerre… donc à l'homme, forcément.
 
Pour en savoir plus :
 
Pour ceux qui veulent tout savoir à propos des jouets inventés avant la Révolution Française (1789), rendez vous sur le site Jocari. Il est très simple d'utilisation et c'est une vraie mine d'information !
Passons à un site passionnant sur le thème du jeu et du jouet. Sur «Jeux, Jouets, Design,etc» de Olivier Grimaud, les sujets sont traités avec humour et il y a de véritables pépites parmi les liens (comme ce site où vous apprendrez comment réparer le monde avec des lego)!
Tout le monde s'invente des histoires avec ses jouets. Dans Bad Toys II, de Daniel Brunet et Nicolas Douste, vous en aurez la preuve en images. Accrochez-vous, ça décoiffe !
Aucun jouet ne vous plaît ? Alors inventez le vôtre avec votre classe, une ludothèque ou une association puis participez au concours organisé par l'Association des Professionnels du Jouet pour gagner le prix du meilleur inventeur de jouet de l'année. 
Et pour finir en fanfare, nous laissons la place à Pascal Ayerbe qui joue de la musique avec des instruments pour enfants
Votre note

  • 5

Avis rédigé par coco120 le samedi 18 mai 2013 à 11:34
cool

  • 5

Avis rédigé par cloclo22082002 le samedi 12 janvier 2013 à 18:50
cool!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Newsletter Hugo (Voir un exemple)