Quand la tartine tombe côté beurre

Édition n°84

Note moyenne :
  • 4
(sur 1 avis donné)

   

L'histoire est toujours la même. Un matin ensoleillé, vous êtes assis confortablement face à un bol de chocolat fumant. Vous vous apprêtez à manger une tartine que vous avez pris soin de faire dorer avant de l'enduire de beurre fondant. Puis, pour une raison obscure, la tartine glisse de la table et s'écrase dans un sinistre splortch sur le sol de la cuisine. Et là, vous vous demandez pourquoi, oui pourquoi, la tartine tombe TOUJOURS du côté du beurre !

 

Rassurez-vous, désormais, grâce à nous, quand un drame comme celui-ci se produira, vous en connaîtrez la cause. Certes, ça ne changera rien à l'état de votre tartine, mais votre exposé sur la raison de ce splortch impressionnera les personnes en pyjama attablées avec vous. Vous serez la star du petit déjeuner : ce jour-là, l'ami chicorée pourra aller se rhabiller.

 

Pour commencer, expliquez, chiffres à l'appui, que cette histoire de tartine maudite n'est que foutaise (on peut dire aussi «pipi de chat» mais « foutaise» ça fait plus sérieux, plus détaché, plus scientifique quoi).

 

 

D'abord, en 1991, un gigantesque lancer de tartine a eu lieu en Angleterre. Sur les 300 tartines beurrées, jetées en l'air, 148 ont atterri côté pain et 152 côté beurre. Cette expérience devait prouver que l'on a une chance sur deux de ne pas manger une tartine couverte de poussière. Mais «lancer» n'est pas «faire glisser de la table» me direz-vous.

 

 

Qu'à cela ne tienne, en 1996, Robert Matthews, un physicien anglais reconnu, a organisé une expérience à grande échelle. Il a demandé à 1000 élèves de faire tomber, d'un bord de table, 20 tartines chacun. Le résultat fut sans appel, 62 % des tartines tombèrent du côté du beurre.

 

 

Alors pourquoi ?

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, le poids du beurre n'a aucun effet important sur le résultat. Il représente à peine 10% du poids de la tartine, pas assez pour la faire se retourner.

Par contre quatre éléments principaux influencent le destin funeste de la tartine : 

- La force de gravité (la tartine est attirée vers le sol),

- la manière dont la tartine bascule de la table et sa rotation sur elle-même,

- la hauteur de la table,

- et la taille de la tartine.

Sous l'action de ces quatre facteurs, la tartine n'a pas toujours le temps de faire un tour complet entre le bord de la table et le sol.

 

 

Les scientifiques de Kezako ont même réalisé le calcul suivant :

Sachant qu'une tranche de pain de mie, un peu dure, de 10 cm de côté, posée sur une table de 75 cm de haut, bascule dans le vide à 60° d'inclinaison, sa chute durera 0,39s alors qu'il lui faudrait 0,7s pour faire un tour complet.

D'après eux, pour éviter la catastrophe, il faudrait des tartines plus petites ou une table de 2m30 de haut.

 

 

À ce moment de votre exposé, vos auditeurs en pyjama sont muets d'admiration. Concluez en leur proposant désormais de manger des toasts apéritif beurrés ou de prendre le petit déjeuner au-dessus du frigo. 

 

Inutile de nous contacter si, malgré toutes ces précautions, vos tartines continuent à tomber sur le côté du beurre. Il n'y a qu'une seule explication : vous vous êtes trompé de côté en les beurrant, comme le souligne très justement Robert Matthews.

Votre note

  • 4

Avis rédigé par Sionnach le samedi 02 août 2014 à 11:21
haha Ca nous arrive a tous je crois!!

Newsletter Hugo (Voir un exemple)