C'est quoi la semaine du goût ?

Édition n°161

   

 

La première manifestation dédiée à nos papilles (initialement La Journée du Goût) a lieu le 15 octobre 1990 à Paris. À l'époque, 350 chefs donnent des leçons de cuisine aux élèves de CM1 et CM2. Étrangement, cette journée n'est pas lancée par le ministère de la Santé, de l'Éducation ou de l'Agriculture mais par un critique gastronomique (Jean-Luc Petit-renaud) et… par l’ industrie du sucre.

 

Pourquoi l'industrie du sucre est-elle à l'initiative de ce projet ?

À l'époque la mode de l’allégé, ou du light si vous préférez, cartonne or ces industriels veulent redorer le blason de celui qu'ils produisent : le sucre.

Ça n’est pas un peu bizarre alors qu'on entend sans cesse qu'il faut manger moins sucré ?

Non. Le sucre, notre corps en a besoin, alors mieux il sera utilisé, comme c'est le cas quand on le confie à un grand chef, plus nous l'apprécierons… par contre, il est inutile d'en absorber en grande quantité car notre foie sait déjà en fabriquer tout seul. Le problème est là en réalité. Le sucre (mais aussi les graisses) est présent partout et en trop grande proportion, notamment dans les produits bas de gamme. Si on ajoute à cela le fait que nous ne bougeons pas autant que nos ancêtres et que nous grignotons de plus en plus entre les repas, alors on risque de plus en plus de devenir gros.

La semaine du goût est donc devenue la vitrine du bien manger : un moyen parmi d'autres de faire réfléchir les enfants et les adultes à ce qu'ils consomment (malbouffe contre bons produits), à la manière dont ils mangent (vrai repas contre grignotage) et aux raisons qui les poussent à manger (par nécessité, par plaisir, par habitude, voire même par ennui).

 

 

Votre note

Newsletter Hugo (Voir un exemple)