Le blobfish, élu animal le plus laid

Les animaux les plus laids sont-ils aussi bien protégés que les plus beaux ? Pour le savoir, Hugo a rencontré un psychrolutes marcidus, un drôle de poisson plus connu sous le nom de blobfish.

Le blobfish, élu animal le plus laid
© Hugo l'escargot

Bonjour Blobfish !

- Bonjour Hugo.

- On parle beaucoup de toi depuis quelques temps. Pourquoi ?

- Parce que je viens d'être élu animal le plus laid du monde par les internautes de la société des animaux laids (Ugly Animal Preservation Society) devant le kakapo (strigops habroptila), un perroquet nocturne néo-zélandais incapable de voler et l'axolotl (ambystoma mexicanum), un amphibien mexicain.

- Ça n'est pas très sérieux tout ça, n'est-ce pas ?

- Non, bien sûr. Ce concours complètement loufoque a été lancé par des comédiens, mais avec l'intention de sensibiliser le public aux menaces de disparition de certaines espèces animales et pas seulement les plus belles.

- Reconnais qu'avec ton air triste et ton visage bouffi et gélatineux, tu n'es pas très attendrissant.

- C'est vrai, les hommes sont plus émus par les créatures qui leur ressemblent, comme les grands singes, ou bien par celles qui ont des yeux ronds et poussent de petits cris, comme les bébés phoques. Ajoutez à cela une bonne dose de fourrure et vous obtenez le panda, la star des animaux menacés !

- Tu n'aimes pas les pandas ?

- Si, bien sûr ! Le panda, l'ours blanc, le koala ou le tigre sont les ambassadeurs de toutes les autres espèces en danger. Quand on tente de sauver les pandas, on commence par lutter contre la destruction des lieux où ils vivent, ainsi on protège les autres espèces qui s'y trouvent, y compris les moins jolies. Mais il est quand même important d'étudier les animaux les moins populaires pour savoir s'il faut ou non les protéger. Prends mon cas par exemple, tout le monde dit que les blobfish sont en voie d'extinction mais on n'en sait trop rien, nous ne sommes même pas classés dans la liste rouge mondiale des espèces menacées. On ne nous connait pas très bien en somme.

© Hugo l'escargot

- Pourquoi ne t'étudie-t-on pas ?

- M'étudier est compliqué car je vis dans les grandes profondeurs marines au large de l'Australie, à plus d'un kilomètre de la surface. Une chose est sûre, nous les blobfish sommes victimes des pêcheurs australiens et néo-zélandais qui raclent le fond des mers avec leurs filets.

- Que font-ils de vous quand ils vous remontent à la surface ? 

- Rien, on ne nous mange pas. Par contre nous sommes très utiles au fond des océans car nous nous nourrissons des détritus qui s'y trouvent.

- Alors, en somme, tu penses que nous devrions sauver toutes les espèces ?

- Non, c'est impossible ! D'ailleurs la nature elle-même se charge de faire une sélection. Il suffit de voir quel sort elle a réservé aux dinosaures. On estime que 99,9% des espèces qui ont vécu sur la terre ont disparues. Cependant, on pense que l'action de l'homme provoque prématurément la disparition de certaines d'entre elles.

- D'après toi, quelles actions de l'homme accélèrent cette disparition ?

- D'abord, les hommes occupent, polluent ou détruisent les lieux où vivent certains animaux (tigre, panda...) et d'autre part, ils les chassent ou les pêchent trop (vison d'Europe, thon rouge...). Enfin, ils introduisent des espèces concurrentes venues d'autres régions du monde (En Europe, la grenouille taureau d'Amérique du Nord menace de nombreuses grenouilles locales car elle les mange).

- Oh, mais comme le temps passe vite ! C'est malheureusement le moment de nous quitter. Merci Blobfish pour toutes ces informations.

- Merci à toi Hugo et surtout reviens l'année prochaine pour savoir si j'ai conservé mon titre d'animal le plus vilain du monde !

Thèmes associés